Infos cartes

Cartes IGN, une application mobile pour comprendre le territoire et découvrir la France autrement (source : IGN communiqué de presse du 15 mai 2024)
Cliquez-ici
Le 15 mai 2024, l’Institut national de l’information géographique et forestière a lancé « Cartes IGN », sa nouvelle application mobile gratuite pour découvrir la France autrement. Cette application propose quatre fonctionnalités principales :
 - La fonctionnalité Explorer permet de rechercher des points d’intérêt à proximité (isochrone/isodistance), de se géolocaliser et partager sa position, ou encore de créer et enregistrer un point de repère.
 - Se déplacer permet à tout utilisateur de calculer un itinéraire piéton ou routier et d’obtenir rapidement un parcours, ainsi que le profil altimétrique pour le mode piéton. L’utilisateur peut également tracer un itinéraire point à point en suivant ou non les routes, grâce aux saisies guidée et libre.
 - Avec la fonctionnalité Comparer, l’institut donne la possibilité de remonter le temps en observant les évolutions du territoire français. Une liste de points d’intérêts permet de découvrir les transformations du paysage et de prendre conscience des enjeux environnementaux au travers de thématiques telles que : la reforestation, le recul du trait du côte, l’émergence des énergies nouvelles, etc.
 - Enfin, Signaler est un outil pour contribuer à l’amélioration des données en signalant les potentielles anomalies ou des changements sur le territoire.

Le recul du trait de côte (source la lettre d'info du CNIG 09)
Cliquez-ici
Le Cerema a réalisé la carte de prévision du recul du trait de côte au début du mois d’avril, disponible sur le site de GeoLittoral. Cette carte permet de mieux envisager l’accélération du recul du trait de côte d’ici la fin du siècle dans l’hexagone et les DROM. L’évaluation du nombre et de la valeur des enjeux potentiellement atteints par le recul du trait de côte à horizon 2100 repose sur des scénarios élaborés en concertation avec des experts nationaux. De nouveaux jeux de données, créés à l’échelle nationale, permettent de compléter les études existantes et de modéliser ces scénarios : la cartographie nationale des zones basses du littoral, et la base de connaissance sur le recul événementiel du trait de côte.
 

Avant-projet de Parc National Olympique (1943) (source «L’Original de la semaine» des bibliothèques spécialisées de la ville de Paris du 3/04/2024)
Cliquez-ici
Alors que Paris s’apprête à accueillir les Jeux Olympiques de 2024, dans les archives de la Commission du Vieux Paris, a été retrouvé cet avant-projet de Parc National Olympique, conçu par les services des Parcs et Jardins de la préfecture de la Seine.
Ce plan a été reproduit dans certaines revues d’époque pour avoir été présenté aux Salons des urbanistes de 1942 et 1943. L’idée de dédier une partie du bois de Vincennes aux sports fit son chemin pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette proposition, empreinte de tous les classicismes des jardins à la française, met en lumière toutes les contradictions de la période : le projet amputait une grande partie des espaces boisés et compromettait définitivement les perspectives monumentales de l’ancien domaine royal de chasse, mais il démantelait également une des plus vastes emprises militaires situées en lisière de la capitale, emprises alors occupées par l’armée allemande. L’architecte Auguste Perret mena en 1943 une étude plus poussée ; étude dont les avant-projets sont aujourd’hui encore conservés à la Cité de l’Architecture. La construction d’un stade de 100 000 places aux abords de la Porte de Vincennes avait fait couler beaucoup d’encre dans l’entre-deux-guerres – idée qui ressurgira d’ailleurs périodiquement jusque dans les années 1990, avec l’organisation d’un concours en 1962 remporté par Henry Bernard. Le projet est resté lettre-morte. Cependant, en 1946, une partie du Bois de Vincennes sera bel et bien dédiée au sport : c’est à cette date que fut créé l’ancêtre de l’Institut national du Sport et de l’éducation sportive (INSEP).

Extinction de geo.data.gouv.fr (source infolettre de Data.gouv.fr mars/avril 2024)
Cliquez-ici
le site geo.data.gouv.fr a été définitivement éteint le 21 mars 2024. Les données qui y étaient référencées ont été archivées. geo.data.gouv.fr était une plateforme dédiée au référencement et à la valorisation des données géographiques en open data. Cette dernière, qui s’adressait à la fois aux producteurs et aux réutilisateurs des données, a notamment été développée pour simplifier le moissonnage et l’exposition des données géographiques publiées dans le cadre de la directive INSPIRE. C’est désormais la plateforme data.gouv.fr qui permet de moissonner directement des plateformes géographiques.

Plan général d’aménagement de Paris, 1941 (source « L’Original de la semaine » des bibliothèques spécialisées de la ville de Paris du 3/01/2024)
Cliquez-ici
Le centre des archives de la Commission du Vieux Paris (CVP) mène actuellement un récolement de ses fonds iconographiques. C’est dans ce cadre qu’ont été exhumés trois plans signés de la main de René Mestais (183-1977), chef des Services Techniques de Topographie et d’Urbanisme (STTU). Deux sont datés de 1941 et 1942. Les plans représentent plusieurs opérations prévues de longue date et qui – pour certaines – seront mises en œuvre. Le programme des percées et élargissements, digne des grandes heures de l’haussmannisme, ne sera pas réalisé pour la majeure partie, mais reprend des idées régulièrement évoquées depuis le Plan des Artistes de 1793.

La situation de recharge des nappes phréatiques au 1er mars 2024 (source La lettre d’info du CNIG - N°8 - Avril 2024)
Cliquez-ici
Le Bureau de recherches géologiques et minières réalise tous les mois la carte de recharge des nappes phréatiques. La dernière en date est celle du début du mois du mars. Elle permet de voir l’évolution de la recharge de manière actualisée et d’établir un comparatif avec la recharge de l’année dernière le même mois. Le site propose une carte interactive permettant de se rendre mieux compte du différentiel de recharge au 1er mars 2024 par rapport à celle de 2023.

Les cartes dans l'analyse politique de l'espace (source mappemonde-info lettre d'information n°65)
Cliquez-ici
Le numéro 137 de Mappemonde est disponible sur le site de la revue.
Au sommaire :
Éditorial :
Sophie Hou et Audrey Sérandour : Les cartes dans l’analyse politique de l’espace : de l’outil à l’objet de recherche,
Articles :
Sami Ramdani : Géopolitique de l’intégration régionale gazière en Europe centrale et orientale : l’impact du Nord Stream 2
Charif Elalaoui, Morgane Esnault et Antonin Girardin : Appropriations de l’espace et répression du mouvement des Gilets jaunes à Caen
Amélie Deschamps : La végétalisation de Paris vue au travers d’une carte, une capitale verte ?
Collectif du Prélude : Les stratégies cartographiques des membres de la plateforme Technopolice.fr
À voir, à lire :
Mégane Fernandez : Les Petites Cartes du web
Yvanne Bouvet : L’Amérique latine
Nicolas Ausello : Les cartes de l’action publique. Pouvoirs, territoires, résistances

Les principaux bassins versants et cours d'eau d'Île-de-France (source 6clics#251 du 29 fév, 24)
Cliquez-ici
L’Institut  Paris Région présente une nouvelle carte à télécharger des cours d'eau qui traversent l'Île-de-France ainsi que leurs bassins versants. En utilisant un effet d'ombrage pour représenter le relief, elle met l'accent sur la relation entre l'eau et la topographie. Cette représentation facilite la compréhension du territoire sans se limiter aux frontières administratives communales habituelles, mettant en évidence les interdépendances essentielles entre les communes d'un même bassin versant en matière de gestion de la qualité de l'eau ou des risques d'inondation. Cette carte est une véritable pépite pour découvrir les 7 380 km de cours qui traversent l'Île-de-France, dont 424 km par la Seine ; 242 km par la Marne, l'Oise et l'Yonne ou encore les 564 km par les dix rivières principales que sont l'Epte, l'Essonne, l'Orge, l'Yerres, la Juine, la Mauldre, le Grand Morin, le Loing, le Petit Morin et l'Yvette.

L'atlas des carrières souterraines au 1/1.000 (source : Site de la ville de Paris mise à jour du 21/02/2024)
Cliquez ici
Les données relatives aux anciennes carrières connues à Paris, et dans les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, rassemblées dans un atlas de 454 cartes au 1/1000 sont désormais visualisables via une application cartographique. Chaque feuille de l’atlas peut également être téléchargée au format Pdf accompagnée de sa légende.

Rénovation énergétique des copropriétés : une carte pour visualiser les besoins et les dynamiques (source : 6clics #250 du 8 fév, 24)
Cliquez ici
Alors que 32 % des copropriétés franciliennes ayant réalisé un DPE depuis le 1er juillet 2021 sont classées E, F ou G, leurs logements, directement concernés par la loi Climat et résilience, pourraient être soumis à l'interdiction de location en l'absence de rénovation énergétique à l'horizon 2034 selon leur classement DPE. Dans ce contexte, l’AREC publie une cartographie interactive sur les caractéristiques énergétiques des copropriétés à l'échelle régionale et départementale.  Sources des données : Registre national d’immatriculation des copropriétés, Réseau d’Observation Statistique de l’Energie (ROSE), Insee, Base DPE de l’Ademe, Drihl.

Portail cartographique des données du logement et de l’hébergement en Île-de-France (source : Infolettre de data.gouv.fr  Février 2024)
Cliquez ici
Nommé dataDrihl, il s’adresse à la fois aux agents de l’État et à leurs partenaires et porte l’objectif de rassembler dans un seul outil des données structurées à toutes les échelles géographiques. Le portail présente sous forme de cartes, tableaux, infographies et rapports de synthèse, les principaux chiffres permettant de mieux appréhender les besoins et la spécificité de la région. L’information y est organisée en 6 grands chapitres recouvrant un grand nombre d’indicateurs traitant de l’offre et de l’accès à l’hébergement et au logement.

Documents historiques de référence : les plans et schémas régionaux d’aménagement (source : 6clics #249 du 1 fév, 24)
Cliquez ici
En 1960, le Plan d'aménagement et d'organisation générale (Padog) incarnait une vision novatrice pour le territoire francilien. Cette initiative pionnière marquait le début de six décennies de planification, avec comme priorité de rattraper le retard considérable de la région en équipements structurants, tout en limitant la croissance urbaine. Le Schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région de Paris (SDAURP) de 1965 a tracé les grandes lignes pour l'aménagement d'une Île-de-France plus polycentrique, notamment avec la création des villes nouvelles, favorisant la création de pôles économiques, la construction de logements et le développement d'infrastructures de transports. Retrouvez en ligne sur le site de l’Institut Paris Région ces documents historiques qui ont été numérisés pour un partage le plus large possible.

EnRezo : une cartographie en ligne pour identifier le potentiel de développement des réseaux de chaleur et de froid (source : lettre d'information du Cerema - Décembre 2023)
Cliquez ici
EnRezo est un outil cartographique développé par le Cerema, et financé par la DGEC (direction générale de l’énergie et du climat) et l’ADEME, pour accompagner les collectivités dans le développement des énergies renouvelables thermiques, en permettant d’identifier le potentiel de développement des réseaux de chaleur et de froid au niveau local. Pour déterminer le potentiel de développement des réseaux et les zones d’opportunité associées, la plateforme EnRezo croise plusieurs données relatives aux :
 - besoins des bâtiments en chaleur et en froid sur une année, en distinguant les différents secteurs  (logements collectifs et tertiaire notamment),
 - réseaux et systèmes de production de chaleur et de froid existants,
 - gisements locaux d’énergies renouvelables et de récupération.

Climate TRACE (source : infolettre du CNIG, n°4, déc.2023 )
Cliquez ici
Dans le contexte de la COP28, Climate TRACE apporte une vision cartographique nouvelle pour surveiller précisément les émissions de gaz à effet de serre (GES). Grâce à une analyse de données provenant de satellites, capteurs et autres sources, cette carte offre une vision détaillée des émissions mondiales. Lancé en juillet 2020 avec plus de 100 partenaires, le projet utilise l’intelligence artificielle pour fournir des informations indépendantes, transparentes et opportunes. Depuis la sortie de l’inventaire mondial en septembre 2021, Climate TRACE a étendu sa surveillance aux 500 plus grands actifs émetteurs de chaque secteur en novembre 2022, puis à plus de 350 millions d’actifs émetteurs mondiaux en décembre 2023.

Carte géologique régionale d’Occitanie au 1/250 000 (source : infolettre du BRGM du 23 janvier 2024)
Cliquez ici
Grâce au projet ALARIC (A la recherche de l’Incrémentation du changement) financé par le Labex IMU, les géologues du BRGM ont pu reconstruire la carte géologique de la région Occitanie. Ils ont ainsi pu retracer l'extraordinaire évolution de la région depuis plus de 600 millions d'années. Lorsque celle-ci sera finalisée, la carte sera composée de 6 couches de vecteurs indissociables géoréférencées. La carte est disponible gratuitement en numérique sur :
  -  le site InfoTerre du BRGM
  -  le portail interministériel cartographique PICTO-Occitanie
  -  la plateforme SIG régionale Open-ig

Diffusion en Open Data des premières données de l'OCS GE Nouvelle Génération (source IGN actualités du 21 décembre 2023)
Cliquez ici
Les données de l’OCS GE (Occupation du Sol à Grande Echelle) nouvelle génération sur 25 départements ont été publiées le 17 novembre dernier en Open Data sur le site Géoservices de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN). 20 départements sont disponibles sous une version V1.0 temporaire. Les départements 32, 40, 77, 91 et 92 sont publiés, quant à eux, en V1.1 ; version qui intègre, en plus de la V1.0, des signalements des utilisateurs ainsi que des améliorations mineures et fournit les zones construites des départements concernés ainsi que le différentiel entre les deux millésimes produits. Il s’agit de la version de référence utilisée pour le calcul de l’artificialisation. Pour rappel, l’OCS GE est une base de données vectorielle de référence pour la description de l’occupation du sol de l’ensemble du territoire métropolitain et des DROM selon des dimensions de couverture et d’usage des sols. Elle est issue de l'analyse de prises de vues aériennes combinées à des méthodes innovantes d'intelligence artificielle, de croisements avec des bases de données de référence existantes ainsi que du travail collaboratif mené avec ses futurs utilisateurs. L’objectif du programme – financé par la Direction Générale de l'Aménagement, du Logement et de la Nature (DGALN) du Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires – est de fournir, d’ici 2025, une couverture complète du territoire sous deux millésimes (i.e. deux années de référence). Cette base de données sera cruciale pour le suivi de l’artificialisation et l’atteinte du zéro artificialisation nette à horizon 2050 fixé par la loi « Climat et résilience » du 22 août 2021.

La filière des biothérapies et de la bioproduction en Île-de-France (source: 6clics #241)
Cliquez ici
La carte des biothérapies et de la bioproduction en Île-de-France révèle un écosystème particulièrement dynamique. Elle offre la possibilité de localiser les différents acteurs selon leurs secteurs d'activité tels que la thérapie génique, la thérapie cellulaire, l'immunothérapie, les vaccins, etc. Afin de fournir une vision complète de la filière, la carte intègre également les fournisseurs de technologie (tech providers), les lieux d'hébergement des entreprises (incubateurs, pépinières... existants et en projet), ainsi que les principaux sites de recherche académique. Cette carte, proposée exclusivement en anglais, a été réalisée avec l'appui de la Région Île-de-France, Medicen et Genopole.

La Turquie ottomane tardive dans les cartes oubliées de Princeton, 1883-1923 (source : géoréseau le 13 décembre 2023)
Cliquez ici
A découvrir une exposition de cartes en ligne créée par le centre de cartes et d'informations géospatiales de la bibliothèque de l'université de Princeton en collaboration avec Richard Talbert, professeur-chercheur en histoire à l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill.

Cartographie des formations superficielles de la Martinique au 1/25 000e (source : infolettre du BRGM du 28 novembre 2023)
Cliquez ici
Le territoire de la Martinique est particulièrement exposé aux mouvements de terrains du fait des conditions climatiques de plus en plus intenses dans un contexte géologique particulièrement impacté par des processus de surface que la carte géologique au 1/50 000e ne restitue pas. Le BRGM a donc élaboré une carte de la géologie de surface au 1/25 000e de la Martinique sur un peu plus de 650 km², soit environ 60% du territoire. Issue d’un travail couplant géologie (acquisitions de terrain) et géophysique (interprétation des données électromagnétiques héliportées). Cette carte précise et adaptée décrit en particulier : La nature lithologique des roches affleurantes (formations de pente, formations alluvionnaires, dépôts de brèches indifférenciées, dépôts de coulées laviques indifférenciées, dépôts de tufs indifférenciés…), le degré d’altération des roches regroupées in fine en quatre catégories, de manière à correspondre aux niveaux mobilisés par les grands types de mouvements de terrain identifiés : les parties à dominantes rocheuses [horizon sain (H1) et horizons fissurés sus-jacentes (H2 et H3)], la zone de transition (H4a et H4b) et enfin les horizons meubles (H4c et H5 pour l’allotérite).
Cette carte est accompagnée d’une base de données qui répertorie plus de 5 000 affleurements et 18 000 photos.

Un nouvel explorateur des données de valeur foncière (source : infolettre de data.gouv.fr)
Cliquez ici

Le nouvel explorateur des données de valeur foncière a toujours vocation à cartographier la base de données de valeur foncière (DVF) pour permettre à chacune et chacun de trouver facilement des informations sur les biens vendus avec la liste des transactions immobilières et foncières sur une zone donnée (appartements, maisons, parcelles, exploitations, etc.) et des informations détaillées pour chaque transaction (prix de vente, date de la transaction, adresse, descriptif du bien).
Il est désormais également possible de suivre l’évolution des prix de vente au m2, de comparer les prix en France et d'accéder à de nouvelles informations, grâce à l’intégration de la Base de données nationale des bâtiments (Centre scientifique et technique du bâtiment) et du Registre national d’immatriculation des copropriétés (Agence nationale de l’habitat) : diagnostics de performance énergétique, copropriétés, etc...

Radiographie des marchés fonciers franciliens (source : 6clics #239)
Cliquez ici
Pour éclairer un sujet au cœur des politiques d’aménagement, l’Institut Paris Région en partenariat avec l'Observatoire régional du foncier (ORF) a développé un outil de cartographie interactive (Cartoviz) qui fournit des données de référence sur les marchés fonciers et les ressorts fonciers de la construction de logements en Île-de-France. Les différents jeux d’indicateurs sont accompagnés d’une carte de synthèse à l’échelle communale ou intercommunale avec des données issues de bases en open data, des fichiers fiscaux simplifiés retraités par le Cerema et de la base Mutations et densification immobilières (MDI) constituée par L’Institut Paris Région.

En construction, le site cartes.gouv.fr arrive bientôt ! (source : programme géoplateforme)
Cliquez ici
Le site contiendra d’abord des cartes et données publiques librement accessibles sur de nombreux thèmes (topographie, écologie, sécurité, foncier, réglementations…). Il proposera aussi des services qui vont s’enrichir pour permettre à chacun de créer, héberger, contribuer, partager, visualiser et publier des données et des cartes en autonomie. Cartes.gouv.fr reprendra dans un premier temps les fonctions des sites Géoportail et Géoservices de l’IGN ainsi que de premiers outils pour la gestion des données par les acteurs publics. Il s’enrichira progressivement de fonctionnalités nouvelles au bénéfice de tous. Le site s’appuie sur une nouvelle infrastructure ouverte et collaborative, la Géoplateforme, soutenue par le Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires ainsi que par le Fonds de transformation de l’action publique. Lancement prévu fin 2023.

Les plateformes territoriales de données géographiques (source Afigéo)
Cliquez ici
L'association française pour l'information géographique publie un rapport sur l’état des lieux et les enjeux des plateformes de données géographiques. Qu’elles soient nationales ou territoriales, thématiques ou généralistes, ces plateformes jouent un rôle essentiel dans la connaissance du territoire, l’aide à la décision et la mise en œuvre des politiques publiques depuis plus de 20 ans. Elles concentrent une expérience unique d’ouverture, de valorisation des données géonumériques et de mutualisation de moyens humains et d’infrastructures numériques.

Nouvelle recherche

Recherche avancée