Une architecture du fragmentarchitecture, archéologie et monument : réflexions sur la discipline - entre Aldo Rossi et Piranèse
Documents : Thèse
Localisation
Centre de recherche documentaire Ipraus/AUSser
Thème
Architecture
Langue du document
Français
Titre propre
Une architecture du fragment
Complément de titre
architecture, archéologie et monument : réflexions sur la discipline - entre Aldo Rossi et Piranèse
Cote
A1.5.THES7
Groupe : Auteur principal
Groupe : Auteur secondaire
MAZZONI, Cristiana , Directeur de thèse
Groupe : Auteur collectivité
Université Paris-Est , Organisme de soutenance ; Ecole doctorale ville, transports et territoires , Ecole doctorale associée à la thèse ; Institut parisien de recherche architecture urbanistique société , Laboratoire associé à la thèse
Concepteur
Groupe : Nom de l'éditeur
[S. l.] : [s.n.]
Année de publication
2021
Importance matérielle
1 Vol. (563 p.)
Autres caract. matériels
ill. en noir et blanc
Format
30 cm
Mots-clés ArchiRès
Théorie de l'architecture ; Analyse de l'architecture ; Archéologie ; Ruine ; Projet d'architecture ; Monument historique ; Ville
Résumé
Cette thèse cherche à interroger la nature disciplinaire de l’architecture à travers la question du fragment. L’hypothèse principale de ce travail est que, depuis son origine à la Renaissance, la discipline architecturale est fondamentalement lacunaire et fragmentaire et qu’elle met au centre de sa construction la subjectivité de l’architecte. A travers l’étude de la pensée théorique d’Aldo Rossi (1931-1997) et l’œuvre gravée de Piranèse (1720-1778), l’objectif est de proposer une définition de la discipline architecturale comme une archéologie poétique, une restitution subjective d’éléments hétérogènes. Dans un premier temps, il s’agit d’identifier les éléments décisifs de la discipline architecturale à travers l’invention de la perspective par Brunelleschi et la première théorie de l’architecture par Alberti et d’explorer leurs relations dans la théorie rossienne de l’architecture et du projet. L’importance de la subjectivité de l’architecte, du monument et de la ville dans la pensée d’Aldo Rossi nous amène à interroger la nature de l’expérience architecturale – son rapport au temps et à la mémoire – à travers la valeur d’ancienneté proposée par l’historien Aloïs Riegl dans son « Culte moderne des monuments » (1903). Cette expérience particulière de l’architecture, entre picturalité et immédiateté, nous conduit à étudier plus précisément l’œuvre de Piranèse : le rapport qu’elle entretient avec l’archéologie et avec l’imagination et l’analogie rossienne. Enfin, à travers une collection de fragments de pensées architecturales, nous questionnons les figures du théâtre (thème important de la pensée rossienne) et de la prison (importante chez Piranèse) et interrogeons la notion de monument comme ruine de la ville comme forme et du projet comme processus.
Note générale
Membres du jury : M. Francesco Saverio FERA, professeur, Université de Bologne (rapporteur), M. Alessandro MASSARENTE, professeur, Université de Ferrare (rapporteur),
M. Jean ATTALI, professeur émérite, ENSA de Paris-Malaquais (examinateur), M. Daniel PAYOT, professeur émérite, Université de Strasbourg (examinateur), Mme Cristiana MAZZONI, (directrice UMR AUSser), professeur, ENSA de Paris-Belleville (directrice de thèse), Mme Alexandra PIGNOL, professeur, ENSA de Strasbourg (directeur de thèse). Thèse soutenue le lundi 06/12/2021 à l'ensa de Paris-Belleville.
Note de thèse
Thèse de doctorat : architecture : Université Paris-Est : 2021
Note bibliographie et index
bibliographie p. 545-561
Production laboratoire
IPRAUS ; UMRAUSser
Statut du document
Prêt réservé aux membres de l'IPRAUS
Document numérique
Non

Nouvelle recherche

Recherche avancée